Quand le décor inspire l’écoresponsabilité

Notre région est magnifique. L’été chaud et beau qui bat encore son plein nous a permis de bien en profiter. Avec ses rivières, ses lacs, ses forêts, la Mauricie en inspire plusieurs pour sa nature et son aspect « sauvage ». Il n’est pas surprenant que la Classique internationale de canots s’insère dans ce décor. Après tout, le canot, c’est aussi notre histoire, notre patrimoine. Ceci dit, force est d’admettre que la Classique ne serait pas la Classique sans cet environnement légendaire.

Il peut donc sembler évident que le développement durable fasse naturellement partie des valeurs de l’organisation. Détruire l’environnement duquel dépend l’événement frôlerait l’indécence. Or, rappelons que 65 000 visiteurs qui débarquent pendant 4 jours, c’est toute une gestion! Il faut penser et encadrer leur hébergement, leur alimentation, leur déplacement, leurs matières résiduelles, leur information, leur divertissement…  Devant un tel défi, facile d’abdiquer tout de suite et de se dire que le plus simple sera le mieux. Surtout quand on se fait répéter que le développement durable « c’est trop compliqué » ou encore que « ça coûte trop cher ».

Mais quant à faire, pourquoi ne pas bien faire?

Lorsqu’on organise un événement, on doit toujours penser à 6 volets : le lieu, la nourriture, le transport, la gestion des matières résiduelles, la communication et les cadeaux. Ma devise : quant à y réfléchir, pourquoi ne pas bien y réfléchir? Vous pourriez être surpris des impacts économiques et sociaux positifs que peut avoir la minimisation des impacts environnementaux négatifs. Rendre un événement plus écoresponsable, ce n’est pas nécessairement faire plus, mais c’est faire différemment.

Voici comment et pourquoi vous devriez penser au développement durable lorsque vous organisez votre événement :

Présentation1

 

Sabrina Cholette

La compétition, l’étape la plus facile

292004-men-amp-039-s-k2

Plusieurs seront surpris de cette affirmation, mais c’est pourtant le cas, car le chemin pour s’y rendre est d’autant plus difficile et nécessite un travail acharné. Personne ne peut prétendre pouvoir parcourir les 200km en 3 jours de la Classique sans y être préparé adéquatement. Les athlètes que vous allez voir compétitionner d’ici quelques jours ont passés au travers un long processus.

Vous savez, chaque jour mon travail consiste à convaincre et outiller les gens d’adopter un mode de vie physiquement actif. Que se soit pour perdre du poids, acquérir de nouvelles habiletés, avoir une meilleure santé ou augmenter leur capacité. Bref, toutes les raisons sont bonnes pour s’activer. Vous vous demandez ou je m’en vais avec ça ? C’est que ces gens que je côtoie chaque jour ne sont pas différents des athlètes que vous allez voir à la Classique. Ils doivent tous faire la même chose, ils doivent tous ajouter cet ingrédient qui fera lever le gâteau afin d’obtenir les résultats escomptés, c’est-à-dire, sortir de la zone de confort ! À ce sujet, j’aime bien la citation suivante « si tu veux obtenir des résultats que tu n’as jamais eus, tu dois faire des choses que tu n’as jamais faites.»

Pour une personne sédentaire en surplus de poids, le simple fait de se lever du divan et de prendre une marche de 10min est suffisent pour sortir de sa zone de confort, mais un athlète qui désire franchir les 200km de la Classique le plus vite possible en économisant un maximum d’énergie doit s’y prendre tout autrement. Chaque athlète que vous allez voir du 2 au 5 septembre programme son entraînement de façon à sortir de cette zone de confort pour un temps donné à chaque fois qu’il est sur l’eau (pratiquement chaque jour) dans le but de forcer son métabolisme à progressivement s’adapter aux 200km intenses de la compétition. C’est donc dire que plus la date de compétition approche, plus l’intensité augmente et plus les entraînements sont difficiles et longs. Les entraînements sont souvent plus intenses que la situation de compétition elle-même, car les athlètes veulent au maximum augmenter leur efficacité et c’est sans compter la technique et les conditions météorologiques.

À cette étape-ci, les heures sont cumulées et personne ne peut revenir en arrière. À quelques jours de la classique, les athlètes en sont à leurs derniers préparatifs, la charge d’entraînement diminue considérablement pour permettre au métabolisme de s’adapter aux derniers entraînements et de refaire le plein d’énergie. Ce dernier droit sert à faire un peu de peaufinage en pratiquant des petits éléments qui peuvent paraître ridicules pour certains, mais qui font gagner de précieuses secondes en course par exemple : les ravitaillements sur l’eau avec les ravitailleurs, le débarquement lors des portages, l’embarquement dans l’eau si on chavire, la pratique du rapide des forges aux conditions changeantes, etc.

banner1-1024x491 (2)

Les jours passent et la tension monte, le stress est palpable, certains vont prendre congé alors que d’autres vont continuer leur petit « train train » quotidien pour se changer les idées. Pour rester concentré, les entraînements tournent autour de la préparation, vérifier la jupette avant, ajuster les bancs, cirer l’embarcation et s’assurer de tout avoir la nourriture et les breuvages nécessaires pour les ravitaillements.

L’anxiété monte d’un cran lorsqu’on attache les canots sur le toit des automobiles pour prendre la direction de la Tuque. Vêtus de nos chandails de compétition aux couleurs de notre équipe. Sur le chemin, on parle stratégie, on identifie les sites potentiels de ravitaillement, on analyse les obstacles potentiels, on spécule sur les équipes avec lesquelles nous allons compétitionner… bref ça jase beaucoup!

Rendue au mesurage, la tension redescend un peu. L’ambiance est plus amicale, on fraternise avec les autres équipes et on s’amuse. Par la suite vient le souper des canotiers : sur les tables se trouvent des feuilles avec les équipes inscrites et là, tous les canotiers émettent leurs prédictions, ce qui augmente la pression, déjà énorme, que les canotiers se mettent sur les épaules.

Le soir, le sommeil est léger et difficile. On fait beaucoup de projection, mais néanmoins, il faut dormir. Au lever, le cœur bat déjà à 200 battements par minute. Le grand jour pour lequel on s’entraîne des centaines d’heures par été est enfin arrivé. Notre événement à nous, chez nous, notre Superbowl!

On se prépare à quitter l’hôtel et se diriger vers le lieu de départ. On débarque les canots, installe nos rames, colle nos gels énergétiques sur les bords du canot on donne nos dernières recommandations aux ravitailleurs et hop on se dirige vers la ligne de départ. Après s’être échauffé et évalué le courant, on se rend sur la ligne de départ. Le courant est très fort et juste s’aligner sur le câble est toute une épreuve. Personne ne parle. On écoute tous les hymnes nationaux. La dernière note du Ô Canada termine. On peut entendre une mouche voler et soudain, le départ est lancé! Une libération.

Tout cet entraînement, toutes ces heures passées sur l’eau, en gymnase et à la course ne servent qu’à une chose : dépasser ses limites et vous donner tout un spectacle!

IMG_0320

Vous pourrez vivre cette édition comme jamais auparavant avec la Webdiffusion et sentir l’augmentation des fréquences cardiaques des athlètes.

Dites-vous que de grandes choses débutent la ou la zone de confort se termine,

Bonne classique à tous!

Dominic Thibault